Elina bébé

Qui suis-je… et pourquoi suis-je si Happy ?

VERSION COURTE

Je m’appelle Elina et je t’accompagne pour (re)trouver le bonheur. J’ai un don pour dénicher les plaisirs, où qu’ils se trouvent.
J'estime que j'ai de la chance, et je veux t’aider à te sentir chanceux·se toi aussi.

Quelques petites choses à savoir sur moi :
★ Je crois fermement que la positivité est le meilleur moyen de tout guérir
★  Je suis un phénix J’AIME QUE LA VIE SE DÉROULE COMME ÇA : ➚ ➘ ➚ ➘ ➚ ➘ ➚ ➘ ➚ ➘ ➚ ➘ ➚
★  Les mensonges et l’hypocrisie m’horripilent
★  Je suis sérivore depuis ma naissance DÉCOUVRE MON PROFIL BETASERIES
★  L’acidité est mon goût préféré
★  Je détestais lire jusqu’à l’année dernière LECTURE EN COURS : LA SÉRIE DE LIVRES A SONG OF ICE AND FIRE – EN ANGLAIS !
★  Je râle sur les gens qui ne trient pas leurs déchets
★  Ma vie amoureuse est digne d’un roman IL Y EN A D’AILLEURS UN EN COURS D’ÉCRITURE QUI SORTIRA UN JOUR
★  J’aimerais être immortelle et voir le monde évoluer indéfiniment
★  J’ai des origines belges et italiennes ALORS J’ADORE LA TOMATE ET LES FRITES
★  Je raffole des mojitos
★  J’ai du mal à vouvoyer LE TUTOIEMENT A UN JOUR ÉTÉ IMPOSÉ – C’ÉTAIT UN 8 NOVEMBRE, DATE DE MON ANNIVERSAIRE : EST-CE UN SIGNE ?
★  La découverte et le partage sont deux valeurs que je chéris

Au fait, tu sais pourquoi je suis Happy ?

Je suis Happy parce que j’aime la vie, et que ce serait un sacrilège de ne pas en profiter !

Je suis également Happy parce que j’ai la chance de partager avec mon entourage :
★  Je partage énormément avec mes sœurs,
★  Je partage profondément avec mes ami·e·s,
★  Et je partage étonnamment avec un groupe de croqueurs de vie que j’ai créé sur Facebook. Je t’encourage d’ailleurs à le rejoindre : J’apprends à m’aimer – le groupe qui fait du bien au moral.

Une dernière chose à mon sujet, que tu découvriras tôt ou tard si tu me suis sur les réseaux sociaux...
J'ai une chienne : Habby. Happy Habby, ma petite chienne pleine de vie !
D'ailleurs, ce site ne s'appelle sûrement pas Happy Elina par hasard 😉


Si tu veux me découvrir davantage, c'est par ici que ça se passe :

VERSION LONGUE

L’écrivaine atypique

Je ne suis pas du genre à écrire des messages de 15 pages. Quand je vois toutes ces blogueuses qui divergent en long, en large et en travers, je saisis toute ma différence : j’aime la simplicité, et ça se ressent dans ma façon concise d’écrire.

Lorsque j’étais à l’école, on me félicitait déjà pour mon fabuleux esprit de synthèse et ma capacité à résumer de façon simple et claire. Je voulais faire de l’écriture mon travail, parce qu’il m’arrive quand même parfois de déverser tellement de passion sur les touches de mon clavier, que mon texte se transforme en roman. Lorsque j’étais adolescente, je tenais un journal sur mon ordinateur. Un jour, je l’ai fait lire à une amie qui aime lire et dont la mère est professeur de français, et elle m’a félicitée. On pouvait entendre à sa voix, et visualiser dans ses yeux, à quel point mon écriture l’avait bouleversée et époustouflée. Ce jour-là, elle m’a dit : « tu devrais être écrivain ». J’ai été à la fois surprise et flattée, puis les années ont passé, mes professeurs au lycée et à l’université, puis même dans mon école de journalisme, m’ont tous répété que j’étais douée pour synthétiser. Alors j’ai fini par me convaincre que j’étais douée pour résumer le travail des autres. Après l’école, j’ai fait divers jobs, mais dans tous, il m’est arrivé de devoir rédiger des rapports. J’étais bien évidemment la reine pour ça. Mais je détestais. Ecrire sur un sujet qui ne me passionne pas… aucun intérêt. Alors j’ai commencé à oublier que je savais écrire. Je suis certes très douée pour écrire juste pour résumer l’idée de quelqu’un d’autre. Mais je sais encore mieux écrire pour partager mes pensées et mes passions. Et ça, ça a fini par me revenir. A une période où j’ai commencé à perdre pied et à me noyer dans mon quotidien, je me suis réveillée, et je me suis forcée à écrire. Dès que je ressentais une émotion forte, je l’écrivais. J’écris plus vite sur ordinateur qu’à la main, et ça tombait bien, puisque je ressentais des émotions fortes principalement lorsque j’étais au travail. Je pouvais donc écrire en toute discrétion, pendant les longues périodes d’ennui.

C’est là que le premier déclic a eu lieu : écrire (à ma manière) me fait du bien, il faut que je me consacre davantage à cette activité si je veux garder toute ma tête.

La rebelle indépendante

Une autre chose à savoir de moi : je travaille vite. Tellement vite que je termine tout très -trop- rapidement, d’où les longues périodes d’ennui que j’enchaînais au travail. Du coup, j’ai quitté tous les jobs que j’ai occupés. Souvent parce que je m’ennuyais, mais plus souvent encore parce que je ne supportais pas d’avoir à obéir aux ordres d’une personne qui n’avait pas la rapidité d’esprit que j’avais. J’ai fait face à un bon nombre de tyrans pendant le peu d’années où j’ai travaillé : un homme d’affaires à l’ego surdimensionné qui estime que l’être inférieur n’a pas d’avis pertinent, un petit chef pistonné dont l’incompétence empêche les autres de travailler correctement, un sexiste de la vieille école qui cherche à rabaisser toutes ses employées féminines, un menteur compulsif qui monte ses employés les uns contre les autres, et un impulsif égocentrique qui confond l’humain et l’argent. Je suis partie en courant de chacun des jobs où j’ai rencontré ce genre de personnalité, car je les trouvais trop limités pour être éduqués, et que je n'avais pas d'énergie à perdre à me consacrer à eux. Parfois il m’a fallu une journée, parfois plusieurs mois, mais je me suis toujours respectée. J’ai des valeurs qui sont incompatibles avec le fait de travailler sous les ordres de personnes qui sont trop lentes à comprendre que le monde ne tourne pas autour d'elles. J’ai besoin de vérité, d’honnêteté, de partage, d’entraide… A mes yeux, l’autre doit servir à nous faire grandir, pas à nous rabaisser. Alors certes, ces messieurs m’ont aidée à grandir, puisque chacune des leçons que j’ai apprises avec eux me sera utile, mais l’apprentissage ne s’est pas fait dans la bienveillance. Or, la bienveillance est une valeur primordiale pour moi.

C’est suite à ma dernière expérience du genre, qui s’est terminée par un burn-out, que j’ai eu le deuxième déclic : j’ai besoin de respecter mes valeurs pour me sentir bien au travail, et la meilleure façon d’être sûre qu’elles soient respectées est de créer moi-même mon entreprise.

L’éternelle changeante

Comme je l’ai dit, au travail lorsque je me sentais mal, je partais. Mais il faut savoir qu’il en va de même pour mes relations, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Si une personne que je côtoie est en inadéquation avec mes valeurs phares (honnêteté, respect, bienveillance), je prends la fuite. Je ne supporte pas d’être enquiquinée par une personne qui, de toute évidence, a plus de négatif que de positif à m’apporter, et ne partage plus mes valeurs fondamentales. Alors je ne m’encombre jamais longtemps des conventions. S’il faut tout quitter, tout changer, tout remettre en question du jour au lendemain, je le fais. Et je n’ai même pas peur. Parce que ce qui compte est de se sentir bien, de se respecter à l’instant T. On ne vit qu’à un seul moment : maintenant. C’est ce que je m’attèle à faire depuis que j'ai quitté le monde du salariat : vivre le moment présent. Et puisque je suis humaine, je suis régie par divers cycles. Je vis donc au jour le jour en accord avec ma nature changeante : mes centres d’intérêt changent au fil du temps, je découvre et j’apprends sans cesse, j’affine mes goûts, j’évolue.

Ce dernier déclic a été plus long à se faire. Je le sais depuis toujours, c’est ancré en moi, c’est même encré sur ma peau. J’adore le changement, j’ai toujours été une touche-à-tout. J’estime que c’est un élément indispensable pour être heureux. Changer sans cesse, apprendre, s’améliorer… C’est le but de la vie. A force d’exercices sur moi-même, j’ai fini par comprendre que j’avais besoin de ce troisième élément pour respirer.

Happy Elina

ÉCRITURE + RÉBELLION + ÉVOLUTION = HAPPY ELINA

Une fois que j’ai compris tout ce qu’il me fallait pour être heureuse, les choses se sont mises en place aisément : j’ai créé cette entreprise qui me permet de concilier les trois grandes passions de ma vie.

Je ne veux pas que le monde continue dans sa morosité actuelle. Je rêve que l’on soit tous Happy, que chacun trouve sa place et la respecte, et que l’on s’entraide à évoluer les uns les autres - parce que l’évolution est sans fin (c’est ça qui la rend merveilleuse).

Alors me voici me voilà, prête à t’aider à :
★  Découvrir qui tu es, ce que tu veux, ce qui te va, et pourquoi tu respires ;
★  Evoluer dans la bonne direction, celle qui te convient, en refusant de céder à la peur et aux mécanismes d’auto-sabotage qui t’empêchent d’avancer ;
★  T’affirmer face au reste du monde ;
★  Apprendre à communiquer avec ton entourage ;
★  Te lâcher et être enfin toi, tel·le que tu es censé·e être ;
★  Etre Happy 😊

Ça te tente ?

Découvre mes solutions bonheur :

Happy Coaching à la séance

Happy Conseil

Programme Estime de Soi – Offre classique